Galerie 21

  /  Artistes   /  Vous viendrez ?

Vous viendrez ?

Autour d’une boisson chaude, samedi 10 février matin.

Juste à temps pour la St Valentin…

Elles seront toutes là ! Pour vous proposer leurs oeuvres et peut-être trouver le cadeau idéal pour votre Valentin(e)

À partir de 10h la Galerie s’habillera de rouge « Amour », la couleur qui remue les passions !

Nous comptons sur vous, l’art c’est aussi une forme de brasier qui a besoin de votre attention pour continuer de nous rechauffer.
le baiser Brancusi -Galerie 21 - Toulouse

Centre G. Pompidou
Constantin Brancusi (1876 – 1957)

Le Baiser

1923 – 1925

Pierre (calcaire brun)

36,5 x 24,5 x 23 cm

Rrancusi a réalisé plusieurs versions du Baiser.
La première est dite  » la sculpture de Craiova »: deux amants à mi-corps enlacés.

En 1909, il reprit le théme et fit une sculpture en pied ; les pieds sont enlacés. Cette sculpture servit de cenotaphe pour une tombe du cimitière de Montparnasse.
En 1916, il reprit encore une fois le thème : il s’agit d’une commande.
Il existe Le baiser (1923) au centre G. Pompidou et un autre, « Le Baiser » (1930,) dans la cheminée des Arensberg.

Brancusi fit donc 5 versions du Baiser.

Le Baiser , taillé entre 1923 et 1925, est une version tardive d’une série emblématique, dont Brancusi développera le motif jusqu’à en faire une signature, voire un logo apposé sur toutes sortes de supports.

En 1907, tout en s’opposant à Rodin, dont il refuse désormais l’expression tourmentée, le sculpteur en retient cependant l’art du fragment, qu’il va porter à la hauteur d’un manifeste avec le premier Baiser (1907-1908, Craiova, Muzeul de Arta), son « chemin de Damas », a rapporté Henri-Pierre Roché.

Sa création coïncide avec l’abandon du modelage habituel pour la « taille directe » du matériau, technique primitive ou archaïque qui privilégie le « bloc » originel d’où surgit la forme.

Brancusi devient son propre praticien et rompt ainsi avec la coutume de règle depuis la Renaissance jusqu’au maître de Meudon, qui confiait ses marbres à des professionnels.

Le motif du Baiser – un homme et une femme tronqués à mi-corps et liés en un seul bloc – inaugure le procédé de réduction de l’œuvre à l’essentiel, que Brancusi oppose à l’art du « beefsteak ».

Les différentes versions du Baiser alternent la forme cubique et la forme du couple-colonne, apparu en 1909 et installé en 1910 au cimetière du Montparnasse, où les figures s’accolent sur toute la hauteur de leurs jambes jumelles.

 

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.