Courades Jean-Michel

Biographie:

Le peintre Jean-Michel Courades, né en 1957 à Navarrenx, a reçu une formation artistique à Bruxelles. L’évolution de sa peinture est celle d’un tracé d’abord sinueux sous forme de boucles puis étirant la couleur dans des droites toujours dans des tissages, enchevêtrements pour des compositions abstraites qui piègent le regard. La structure qui détermine les compositions est toujours constituée d’éléments à peu près similaires. Il y a une systématisation des éléments picturaux ; compositions faites de boucles ou de lignes recouvrant toute la surface du tableau. On peut rattacher la démarche artistique suivie au courant du minimalisme abstrait.

L’élément de base est le tracé du pinceau comme une écriture, point de départ du processus de création. Le but recherché est de créer des émotions visuelles. L’image perçue échappe à l’analyse ; le tableau reste un phénomène unique, inexplicable, une aventure esthétique qui a sa place en dehors de l’analyse. Le tableau doit rendre visible ce qui n’a jamais été vu, créer une nouvelle image qui élargisse, enrichisse notre champ de vision et notre manière de percevoir la réalité qui nous entoure.

« Jean-Michel Courades pratique une peinture utilisant les structures linéaires et horizontales de l’écriture. Il considère comme nombreux d’entre nous qu’il existe un rapport étroit entre le signe et l’écriture : qu’il existe des liens entre les langages picturaux et scripturaux. Les arts plastiques et les signes graphiques ont souvent été bases d’harmonie. Jean-Michel Courades s’inscrit sous la double influence de la calligraphie chinoise mais également de la peinture gestuelle. Les gestes spontanés, reproduits avec obstination permettent de maintenir le hasard. Chaque version du signe est à la fois unique et différente. Ses compositions représentent un système de composition de multiples strates subissant des permutations géométriques. Chaque strate correspond à donc à une rotation de celle qui précède. Des images très élaborées produites par l’art aborigène, les kilims, les tapis Navajo…nourrissent sa réflexion sur la peinture tout autant que les textes les plus avertis sur la peinture occidentale. » Valérie Bacart

« Pour Jean-Michel Courades, la peinture est à la fois une fête et une passion car l’envie d’expérimenter (ou de varier les couleurs) est constamment à l’œuvre Ainsi la liberté se voit-elle parfois resserrée sur des rythmes strictement définis quand, à d’autres moments, la règle orthogonale est devenue un parfait chaos enchanteur pour l’œil. En effet, le regard incapable de saisir l’ensemble, toujours sollicité par un morceau, va-et-vient dans ce désordre organisé et véritablement danse avec la couleur C’est que le dépouillement, cette même forme courbe répétée inlassablement – avec obstination mais d’un poignet libre – associé au chatoiement des couleurs oblige le regard à sauter d’un morceau à l’autre, à s’émerveiller d’un accord ou d’un éclat dans une palpitation qui a des accents de fête. Et tantôt le regard glissera d’une couleur à l’autre, tantôt il isolera des matières, petit tableau dans le tableau issu d’un merveilleux système  » Jack Keguenne

Expositions collectives

Maison des artistes, Anderlecht (Belgique) 1994
Bruxelles Découverte, Maison des Tanneurs (Belgique) 1999
Itinérart Anderlecht (Belgique) 2002
Galerie Albert Dumont, Bruxelles (Belgique) 2011
Eglise St Pierre, Oloron (France) 2015
Art en Vrac, Salies de Béarn (France) 2016
PHAART, Bagnères de Bigorre (France) 2017
Galerie 88, Bagnères de Bigorre (France) 2017
Galerie Sophie le Mée, La Flotte en Ré (France) 2017
La Minoterie, Nay (France) 2018

Expositions personnelles

Galerie communale de la Régence, Braine l’alleud (Belgique) 1996
Galerie Aleph, Bruxelles (Belgique) 1998
Galerie Aleph, Bruxelles (Belgique) 1999
Espace Blanche, Bruxelles (Belgique) 2001
Bibliothèque Droit Lettres Université de Pau (France) 2017

Notice dans le ‘Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècles’ Piron .